Créer mon blog M'identifier

Passer de l’innovation à "l’Omninnovation "

Le 28 mai 2014, 11:34 dans Humeurs 0

 

 

Prononcer le mot « innovation » c’est l’associer spontanément à « technologie ». Certes, l’innovation technologique est une condition nécessaire au succès d’une entreprise mais, contrairement à une idée reçue, elle n’est jamais une garantie de succès. 

Au-delà de l’innovation technologique, l’entreprise peut et doit aussi innover dans tous les autres domaines : ventes, marketing,  gestion de sa fidélisation clients mais aussi financements ou gestion de ses ressources humaines,….

 

Le succès, la réussite, d’une entreprise implique que la « valeur innovation » soit communément partagée et répandue au sein de l’entreprise, dans toutes les fonctions, par tous les collaborateurs, afin de permettre à l’entreprise de passer de l’innovation à « l’omninnovation ».

Ainsi, l’innovation peut et doit devenir un véritable jeu entre les départements d’une entreprise. Plus cette culture de « l’omninnovation » est répandue dans l’entreprise, plus la recherche de cette créativité innovatrice est présentée de façon ludique et récompensée, plus les collaborateurs se “prennent au jeu” et trouvent des innovations majeures dans tous les domaines. La recherche de l’innovation devient alors l’un des principaux objectifs individuels, mais également l’une des principales sources d’épanouissement professionnel.

 

L’entreprise peut favoriser cette culture de la créativité. L’innovation peut même faire partie de l’ADN d’une société, jusqu’à devenir une préoccupation majeure de tous les collaborateurs, chaque jour.

L’omninnovation, qui exige confiance, curiosité, initiative, convivialité va donc devenir, dans les prochaines années, un enjeu de management et de culture d’entreprise interpellant les valeurs et les pratiques.

Au-delà des fameuses boites à idées 2.0 mises en place dans nombre de grands groupes (Auchan, La Poste, RATP, SNCF, Société Générale, Total …) et des« Innovation Days » organisés par Hager Group, au cours desquels une plateforme web centralise la gestion des idées innovantes des 11000 salariés, c’est vraiment Google qui est pionnier en matière «  d’omninnovation ».

En effet, Google propose à ses collaborateurs du monde entier de consacrer20% de leur temps à l’innovation libre et personnelle. Cette règle des 20% a permis d’être à la source d’innovations telles Gmail, Maps ou AdSense.

 

Cette véritable culture d’expérimentation permet de :   

  • bannir la peur de l’échec : chercher, c’est apprendre à se tromper, et toute expérience est positive même si elle ne débouche pas
  • lutter contre toute forme de  scepticisme et de maintenir les forces vives de l’entreprise dans un enthousiasme et une euphorie créatrice !  

Ces initiatives  encore isolées préparent le terrain pour l’émergence d’une nouvelle tendance : le « design thinking », processus d’innovation original inspiré du mode de pensée des designers. Il s’agit de donner aux collaborateurs les méthodes et la disponibilité pour développer leurs idées permettant d’améliorer le fonctionnement du service ou de l’entreprise.

 

Innovation, créativité, liberté : 3 concepts qui résonnent dans l’esprit des collaborateurs, notamment dans ceux de cette fameuse génération Y si difficile à satisfaire et fidéliser, comme des leviers d’épanouissement professionnel et donc d’équilibre et de bonheur personnel !

 

Au-delà de pouvoir récolter pour elle-même les fruits concrets de cette  culture d’« omninnovation », l’entreprise peut trouver dans cette philosophie un formidable moyen de réaffirmer son utilité sur un plan social et sociétal.

 

Lucibel dans le club des 100 entreprises Cleantech les plus prometteuses au Monde

Le 20 mai 2014, 11:58 dans Société 0

Lucibel a été nommée dans la liste des « 2013 Global Cleantech 100 » qui récompense les 100 entreprises non cotées les plus prometteuses au monde dans le secteur des Cleantech, choisies parmi près de 6 000 entreprises dans 60 pays par un jury de 90 experts. Après le prix de la Cleantech la plus innovante d’Europe en 2012, cette récompense est une nouvelle reconnaissance de la qualité des équipes et des produits de Lucibel, qui fait désormais partie des quelques nouveaux entrants reconnus au niveau mondial dans l’industrie des solutions d’éclairage LED.

 

 

Le Cleantech Group est une organisation majeure de conseil et d’analyse de marché experte dans le domaine des technologies propres. Le Cleantech Group publie tous les ans une liste des 100 entreprises au monde les plus susceptibles d’avoir un impact majeur dans le développement des technologies propres dans les cinq à dix ans à venir.

 

Fondée sur une analyse quantitative et qualitative du marché, cette liste est produite par un jury de 90 experts indépendants, issus de multinationales du secteur et d’investisseurs spécialistes provenant du monde entier. La composition de ce jury est représentative de la communauté mondiale des Cleantech dans sa diversité et inclut des pionniers, des leaders, des vétérans et des nouveaux entrants dans les technologies propres. Cette diversité permet à la liste Global Cleantech 100 d’être une référence au niveau mondial, reconnue par les acteurs majeurs mondiaux de l’écosystème de l’innovation dans les technologies propres.

 

5 864 entreprises indépendantes et non cotées de 60 pays ont été nominées en 2013. Parmi ces entreprises, 300 ont été sélectionnées sur des critères quantitatifs et qualitatifs, puis ont été analysées en détail par le jury d’experts afin d’aboutir à une liste de 100 entreprises lauréates provenant de 18 pays.

La liste complète des 100 lauréats a été révélée à Washington le 9 octobre 2013.Lucibel fait partie de ces lauréats. Seules deux autres entreprises concevant et produisant des luminaires et solutions LED font partie du palmarès. Lucibel est également l’une des quatre entreprises françaises à avoir été sélectionnées parmi ces 100 entreprises.

 

Après le prix de la Cleantech la plus innovante d’Europe en 2012, cette nouvelle récompense confirme l’entrée de Lucibel dans le club des entreprises Cleantech qui comptent au niveau mondial. C’est une formidable reconnaissance du travail des équipes de Lucibel et de la qualité et l’innovation de nos produits.

 

Nous sommes très fiers d’être reconnus comme l’une des quelques entreprises LED au niveau mondial qui va avoir le plus d’impact dans les cinq à dix prochaines années pour construire une planète plus propre. »

A cette occasion Sheraaz Haji, PDG du Cleantech Group, a précisé : « La liste Global Cleantech 100 est une illustration naturelle de notre volonté d’aider les entreprises et les investisseurs à entrer en contact avec des innovations dans le monde entier. Cette liste rend hommage à des entrepreneurs visionnaires, et sert de référence au monde des Cleantech pour identifier les sources d’innovations dans les secteurs majeurs. »

 

Retrouvez la liste complète des lauréats 2013le rapport complet détaillant les entreprises primées ainsi que la liste du jury d’experts !

 

 

Travail dominical : hold up des syndicats au mépris des salariés !!

Le 20 mai 2014, 11:51 dans Vie professionnelle 0

Travail dominical

La mise en scène médiatique de « l’affaire » du travail dominical témoigne, une fois de plus,  de la malhonnêteté intellectuelle des instances syndicales.

En effet, comment pourraient-elles justifier de la défense altruiste de l’intérêt des travailleurs alors que les salariés concernés se prononcent très majoritairement en faveur du travail du dimanche ?!

Comment les syndicats osent prétendre défendre les emplois de la distribution traditionnelle, alors qu’elle souffre déjà, et de plus en plus du 24h/24 de l’e-commerce ? Interdire l’ouverture dominicale, c’est donner un coup de poignard supplémentaire dans la distribution traditionnelle et mépriser les emplois qui en dépendent !

 

Mais pourquoi donc un tel mépris des salariés de la part des syndicats ?

Eh bien, tout simplement parce que ces procès à répétition sont devenus une véritable machine à cash pour les syndicats !  FO en particulier est devenue expert dans l’art procédurier pour faire condamner les commerces qui ouvrent le dimanche. De nombreuses enseignes ont déjà versé de sommes astronomiques. Et le fruit de ces sanctions financières va directement dans les poches du plaignant ! FO aurait engrangé ces dernières années une véritable manne financière qui se chiffre en millions d’euros. Somme qui lui a notamment permis, en Val d’Oise, de s’offrir un nouveau siège départemental payé 560 K€.

Nous sommes donc face à une réelle spoliation des salariés par les syndicats puisque les entreprises préféreraient largement que cet argent aille dans les poches de leurs salariés plutôt que dans celles de ces opportunistes sans scrupules.

Quand tant de français travaillent déjà le dimanche sans majoration de salaire, dans des hôpitaux, des maisons de retraite ou des commerces de proximité, le combat initié par ces syndicats est juste totalement indécent et dénué de toute crédibilité.

Mais bon sang, que les juges cessent de jouer contre l’intérêt général ! …et  que le gouvernement réagisse vite contre cette injustice !

Voir la suite ≫